Fri. May 27th, 2022

Luxembourg, 11.04.2022

Check against delivery!

It has been a Foreign Affairs Council dominated, once again, by the situation in Ukraine. I debriefed [EU Foreign] Ministers on my visit to Kyiv and we considered different aspects of the conflict.

This morning we had a meeting with the prosecutor of the International Criminal Court (ICC), [Karim Khan].

So, the first thing [discussed] was how to make Russia accountable for the gross violations of international law. We will provide assistance in documenting the war crimes. This morning with the Prosecutor of the International Criminal Court and also by video conference with the Prosecutor of Ukraine we discussed the situation. We will support both Prosecutors, financially and with our team on the ground. The European Union Advisory Mission (EUAM) that was already in Ukraine before the war, now will tasked to cooperate with the Ukrainian General Prosecutor to ensure investigation and collection of evidence on the ground.

On sanctions, we continued discussing how to implement these sanctions to avoid any kind of loopholes. We measured the impact that these sanctions are having on the Russian economy. We will continue discussing to see what else can be done. Nothing is off the table, including sanctions on oil and gas. But today, no decision was taken, [it was] just a general discussion analysing the figures.

It is important to make the difference between oil and gas. Last year, in 2021, the bill for oil import was four times bigger than the bill for gas. We are talking about €80 billion on one side, and €20 billion on the other side. It is important to start with the oil, which is a heavy bill and easier to replace.

We analysed that this is an asymmetric shock to the EU Member States, because it affects [Member States] in a very different way, both from the point of view of people asking for asylum, refugees; and with regards to energy. Certainly, in the Eastern part of Europe the pressure of the refugees is much bigger than in the Western part of Europe. And the energy issues are much more important in Central Europe than in the Western part of Europe. This is a pure asymmetric shock and it has to be managed combining unity and solidarity. It is easy for some Member States that are not using Russian gas to say that they are ready not to use Russian gas, but for others, which are heavily dependent it is not so easy.

Everybody has taken conscience of the big risk of this strong dependence on energy and we have to fight in order to decrease this dependence as quickly as possible. Developing renewables and looking for other suppliers, but, mainly, building a European strategic autonomy on energy. And this has a name: renewables. Hydrogen. It is going to take time, but the fight against climate change and our geopolitical constraints are going hand in hand.

We also discussed about what worries us the most, which is the coming Russian offensive on the East [of Ukraine]. The Russian aggression against Ukraine has two words to be qualified. First, failure. It is a big failure of the Russian army. They tried to conquer Kyiv and they have been rejected. Now they are abandoning Kyiv. They see that it is impossible for them to take the capital and they are regrouping their troops in the East. And the Ukrainians are convinced that they are going to launch a big offensive in the Donbas, nearby their logistic bases. The second word is horror. What the Russian army left behind are civilians killed, cities destroyed, indiscriminate bombing – as the one we saw on the railway station.

We are very worried by the human consequences of this war. Mariupol is a martyr city, but what is going to happen in the Eastern front makes us much more ready to continue supporting Ukraine to face this battle. As you know we have mobilised more funding from the European Peace Facility and we are ready to continue supporting Ukraine on the military side.

We discussed also about the Russian propaganda and disinformation around the world. There is another battle, this is a battle of narratives, about how people perceive this war. This battle will mark the geopolitical orientations of the world for the coming decades. It is a big driving force for the geopolitical landscape.

We have continue reaching out to the international community, because Russian diplomacy is actively shifting blames about sanctions. Let´s be prepared. We saw a “vaccine diplomacy” first, now we go into a kind of “food diplomacy”, because Russians are making the sanctions responsible for food scarcity and rising prices, when it is not the sanctions: it is Russia sowing bombs on Ukraine’s fields and Russian warships blocking tens of ships full of wheat, that cannot go out of Ukrainian harbours. They are bombing and destroying stocks of wheat and preventing this wheat from being exported. There is a big number of ships that cannot leave Ukranian ports, they are causing scarcity. They are bombing Ukrainian cities and provoking hunger in the world. They are provoking hunger in the world by blocking the exports of wheat and by destroying the storage of wheat in Ukraine. Stop blaming the sanctions, it is the Russian military that is causing food scarcity.

Africa is especially a source of major concern, because they are particularly exposed to the upcoming food crisis. We talked about how we can face these new challenges.

We agreed that in the Strategic Compass there is a toolbox to be developed, about [foreign interference and] manipulation [of] information to counter this Russian propaganda.

We had an exchange of views with the Foreign Ministers of Iceland and Norway. We discussed about the Russian aggression and our solidarity, and working together in the framework of NATO.

As you know, Norway plays an important role in contributing to our energy security, advancing on the energy transition and supplying more gas that can [help] substitute Russian gas.

We discussed about the Global Gateway. The strategy that the Commission adopted last December. This is not a trademark; this is a geostrategic approach to connectivity. It is a geopolitical tool, and with the current events, it becomes more important that we reach out to the whole world, providing priorities in infrastructure [and] in energy to make everybody aware about how the European Union is a geopolitical player.

We looked at the wider conflicts in the world. We discussed about Mali. We have been asking the Malian authorities to let the MINUSMA go to the places where there have been mass killings, in order to conduct research and gather evidence, about what has happened there.

Nous avons décidé de suspendre, d’arrêter, certaines formations de nos missions EUTM Mali et EUCAP Sahel Mali, nos training missions au Mali, qui étaient destinées aux unités des Forces armées et de la Garde nationale malienne. Les événements nous y forcent, malheureusement. Il n’y a pas de garanties suffisantes de la part des autorités de transition sur la non-interférence de la « fameuse » compagnie Wagner, qui commence à devenir responsable des tristes évènements qui ont fait des centaines de morts au Mali récemment.

Mais nous continuons à vouloir rester au Mali, nous continuons à espérer que la CEDEAO sera capable de bâtir un accord avec les autorités maliennes de transition pour un calendrier électoral accepté par tous.

Et voilà, c’est ça ce qu’on a discuté aujourd’hui au Conseil [des Affaires étrangers].

Q&A

La semaine dernière le ministre des Affaires étrangères ukrainien [Dmytro Kuleba] a décrit la bataille qui s’annonce dans le Donbas comme étant une espèce de réminiscence de la seconde guerre mondiale. Comme on sait, elle a durée de plusieurs années avec des combats très lourds. Est-ce que les livraisons d’armes que l’Union européenne promet sont à la hauteur pour faire à cette bataille, ou est-ce que ça reste relativement symbolique face à la force de frappe russe qui s’annonce dans le Donbas ? Est-ce que c’est la priorité désormais, les livraisons d’armes ?

Cette crise a beaucoup de dimensions. Il y a une dimension militaire évidemment, il s’agit d’une guerre. La dimension militaire est prédominante – comment non?

Les Russes ont amené la guerre en Ukraine, de façon complètement inutile et non-provoquée. C’est la guerre d’un homme, c’est Putin qui a déclenché cette guerre. Ils ont echoué à prendre Kyiv. Il voulait faire la guerre d’une façon éclaire. Ils ont echoué complètement, ils ont été repoussés de la capitale. J’étais là, j’ai vu des carcasses de chars russes. La ville est semée de carcasses de chars russes. Ils ont dû se replier, ils ont été incapables d’occuper Kyiv et maintenant ils concentrent leurs forces dans le Donbas. Je crains fortement que la Russie va faire la guerre comme l’armée russe sait la faire, comme un rouleau compresseur et je crains que ça va encore produire beaucoup plus de victimes civiles. Les Ukrainiens se préparent pour faire face à cette nouvelle étape de la guerre et évidemment nous allons les aider. Ce n’est pas un secret. On les a aidés et on va continuer à les aider. Et comment ? Du point de vue militaire, puis que on n’interviendra pas dans la guerre, la seule façon dont nous pouvons les aider c’est en leur fournissant des équipements nécessaires pour qu’ils puissent se battre. Il n’y a rien de nouveau. On va continuer à le faire avec les moyens que nous avons et en essayent de fournir ce dont ils ont besoin. Mais les Ukrainiens craignent fortement – je comprends leur crainte – que dans les prochains jours il va y avoir une nouvelle offensive russe massive dans le Donbas. Les Russes seront près de leurs bases logistiques. Ça va les épargner l’échec logistique qu’ils ont montré – ils ont été incapables de s’éloigner au-delà des 150 km de leurs bases logistiques, maintenant ils seront près de ces bases-là. Evidemment il faudra aider l’Ukraine avec les moyens que nous pouvons mobiliser. Oui, ce n’est pas symbolique du tout.

 

You said you will continue supporting Ukraine militarily, can you tell us if there was a political decision today to increase the amount of money to buy weapons for Ukraine within the European Peace Facility? Will it be an additional €500 million? Do you think this total of €1.5 billion will be enough or should the EU start thinking about much bigger support? On sanctions, you said the EU is trying to get rid of its dependence of fossil fuels. Did you hear from the Ministers today, especially from those countries that are dependent on Russian oil, of any timing estimation of when they can get rid of this dependence on Russian oil? After 45 days, the war continues and we have seen how much suffering has taken place.

Ce milliard, plus les €500 millions, qui ne sont pas encore tout à fait approuvés parce qu’il faut que ça passe par la ratification parlementaire d’encore deux ou trois pays, mais c’est un problème de procédure, ce n’est que la partie financée avec des fonds européens. Beaucoup d’Etats membres y ajoutent des dépenses de leur compte. Il y a des pays eux tout seuls ont dépensé plus de €300 millions. Il y a des pays qui ont dépensé l’équivalent d’un tiers de leur budget de défense. Je n’ai pas le chiffre total, mais si on additionne ce qu’on met à disposition du budget européen avec ce que les Etats membres – chacun de son côté – ont déjà mobilisé et continuent à mobiliser, le chiffre est beaucoup plus grand. Malheureusement je n’ai pas la somme totale, mais quand j’écoute les Etats membres en disant “moi j’ai dépensé tant, moi j’ai fait un apport de ça” le chiffre est beaucoup plus grand. Ne vous fixez pas seulement sur le milliard et demi. Ça c’est la partie qu’on finance avec le fonds – qui n’est pas dans le budget européen, c’est un fonds à part, mais c’est un fonds collectif. Mais je vous assure que c’est beaucoup plus que ça. Et si ce n’est pas assez, on reviendra et on en mettra plus, mais pour l’instant on a encore beaucoup d’argent à dépenser.

Oui, on a discuté des sanctions. Ce n’était pas prévu aujourd’hui qu’on arrive à un accord, parce que ce n’était pas sur l’agenda. On travaille sur les orientations politiques du Conseil européen, mais on a bien analysé quels sont les niveaux de dépendance énergétique que les différents pays ont par rapport aux gaz et le pétrole russe. Et sans avoir besoin d’un accord, tout le monde est en train de réduire sa dépendance. Tout le monde est en train de réduire ce qu’on consomme en provenance de la Russie. On le fait déjà. Tout le monde le fait. Certains pays ont déjà dit qu’ils n’allaient pas importer plus de gaz ou pétrole russe. D’autres, ils ont une dépendance plus forte et ils sont en train de la réduire.

Il y a deux moyens de réduire la dépendance : d’une façon volontaire, chacun de son côté avec ses moyens d’abord, et l’autre c’est d’une façon collective contraignante, soit à travers d’un impôt ou des limitations de quantités. Mais, pour l’instant, on n’est pas encore dans une méthode disons contraignante collective. Mais chacun le fait de son côté. Tout le monde a des plans pour finir la dépendance au plus court terme.

Et permettez-moi de dire une chose de sens commun. La guerre qui est en train de se dérouler et les batailles qui vont avoir lieu dans les prochains jours et dans les prochaines semaines, elles vont avoir lieu avec ou sans sanctions. Les sanctions ont des effets à moyen terme. L’armée russe sera la même armée russe la semaine prochaine et l’autre semaine. Qu’on achète gaz ou pas dans les prochains jours, l’armée russe aurait les moyens pour faire la guerre également. Donc il faut se concentrer sur les aspects défensifs. C’est ça le primordial dans ces moments. Je ne veux pas dire qu’il ne faut pas faire l’autre, mais ne vous faites pas d’illusions. Si vous coupez le gaz russe dans la semaine prochaine, ce n’est pas pour ça que l’armée russe va avoir moins de moyens pour se battre. Donc ce sont les aspects défensifs, c’est l’aide à l’Ukraine qui compte dans ces moments.

 

Une première question sur l’Ukraine, avez-vous l’impression, malgré tout, qu’il y a eu un changement de dynamique politique des positionnements des États membres, que ce soit dans le financement d’armes lourdes ou sur un embargo sur le gaz ou le pétrole Russe de la part des États membres ? Est-ce que vous sentez que les positions ont changé par rapport il y a quelques jours ? Une autre question sure le Mali, est-ce que vous pourriez donner plus de détails de comment cela se passe sur le terrain, combien de formateurs européens doivent quitter le Mali et aussi sur la réflexion plus à long terme de la position de l’Union européenne dans le Sahel ?

Sur le Sahel, il faudrait se déployer dans les pays voisins. Le Sahel continue à être une priorité. On n’abandonne pas le Sahel, au contraire. On veut s’engager encore plus. On ne peut pas rester au Mali en plein régime, ce n’est pas possible. On ne peut pas être des collaborateurs avec des choses qu’on pourrait regretter beaucoup.

La tuerie qui a eu lieu quelques jours à Moura. On ne peut pas être engagés avec des soldats qui peuvent être part de cet évènement. Donc on va suspendre la mission d’entrainement. La mission d’entrainement militaire, des troupes, vont être pratiquement arrêtées.

On va continuer à faire du conseil à la formation des lois de la guerre. Oui, les soldats ont besoin aussi de savoir quelles sont les lois de la guerre. Ils font la guerre, donc il faut qu’ils sachent quelles sont les lois de la guerre, parce que la guerre aussi a des lois. Et ceux qui font la guerre doivent savoir quelles sont les règles du jeu. Et ils ne les savent pas par inspiration divine, il faut que quelqu’un leur apprenne, que quelqu’un leur dise “ça c’est possible, ça c’est interdit”. Et cette tâche-là on la faisait, on ne sait pas avec quel succès, mais on la faisait et on va continuer à la faire. Et les conseils stratégiques, dans la mesure du possible. C’est-à-dire, on reste. On arrête, mais on reste. Et on se déploie dans le voisinage.

Une autre question c’est la MINUSMA. Les états membres participent dans la MINUSMA. Ils sont partis prenantes de la MINUSMA. Il y a des moyens aériens et des moyens techniques à disposition de la MINUSMA. La ministre allemande [des Affaires étrangères, Annalena Baerbock] va visiter le pays et il faut savoir de quelle manière la MINUSMA va travailler. On n’est pas seulement dans nos missions, on est aussi partie prenante des missions des Nations unies. Mais il faut savoir de quelle manière la MINUSMA va pouvoir continuer à travailler. Est-ce qu’on va la laisser aller sur le terrain vérifier ce qui s’est passé ? Ou est-ce que la MINUSMA va rester enfermée dans ses casernes ? Si c’est pour ça, il ne vaut pas la peine d’y rester non plus.

Et on va se déployer dans le pays du voisinage. On va développer avec les pays du Golfe de Guinée, la Accra Initiative. On arrête la mission de formation militaire purement, stricto sensu. Aussi la mission d’entrainement de la Garde nationale, la police. Mais on va essayer, par tous les moyens, de rester au Sahel, un peu au Mali et dans le voisinage.

Et par rapport à si est-ce qu’il y a un changement de dynamique [politique des positionnements des États membres], chaque fois qu’on voit la face de la guerre on prend conscience du besoin de continuer à aider l’Ukraine. Il faut continuer à aider l’Ukraine par tous les moyens. Et plus il y a des atrocités, plus on voit de quelle manière la Russie de Putin fait la guerre. Ce n’est pas faire la guerre ça, c’est voir de quelle manière [la Russie] attaque d’une façon indiscriminée la population civile et les infrastructures. Moi j’étais en train de rentrer de Kyiv en train quand on a pris connaissance du bombardement d’une gare pleine de civiles avec des dizaines de morts et centaines des blessés. Ça ce n’est pas faire la guerre, ça c’est une activité criminelle. Il n’y a pas d’un autre nom. Donc oui, raison de plus pour aider l’Ukraine.

 

Last week, the Ukrainian Foreign Minister, Dmytro Kuleba, said that he had seen a bigger understanding among the Member States from Eastern Europe towards Ukraine. Does it mean that the behaviour of countries like Bulgaria and Hungary have changed? They are the only two countries that still refuse to give weapons to Ukraine. Does it mean that these countries have changed their behaviour?

Ces pays participent au financement des armes que l’Union européenne, à travers ces États membres, fournit à l’Ukraine. Ce n’est pas vrai qu’ils ne participent pas. S’ils ne participaient pas, ce ne serait pas possible parce que les décisions se prennent à l’unanimité.

Donc, la Hongrie et la Roumanie, tous les 27 États membres ont été unanimes. Autrement, ça ne serait pas possible. Ils ont eu l’unanimité nécessaire, ils font partie de cette unanimité. Et ils financent, ils payent leur part pour ces €1,5 milliards.

Une autre chose, vous pouvez dire, c’est que la Hongrie, d’après ce que je sais, ne laisse pas passer [des armes] sur son territoire, mais ça c’est une affaire différente. [La Hongrie] paie sa part, donc elle participe à l’armement de l’Ukraine.

Lien vers la vidéo: https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-223441

Source – EEAS